La toute première couverture de presse en juin 2003 à l’antenne de la radio de Radio-Canada

src-logoLa toute première couverture de presse obtenue par la Fondation littéraire Fleur de Lys à la suite de son lancement le 2 juin 2003 sera obtenu auprès d’une journaliste affectée au bulletin d’information culturelle (Info-Cluture) de la radio de Radio-Canada produit au siège social de la société d’état à Montréal. Ce bulletin, retiré de l’antenne en 2009, était alors radiodiffusé sur la scène nationale, d’un océan à l’autre, sur la Première chaîne. Le reportage sera produit et diffusé en juin 2003, soit deux ou trois semaines après l’annonce de la création de la Fondation par communiqué de presse. La deuxième couverture de presse viendra en juillet et la troisième en août.

Si nous n’avons pas conservé de copie de ce reportage, j’ai tout de même en mémoire mes démarches auprès de la journaliste. On n’obtient pas une couverture de presse automatiquement lorsqu’on émet un communiqué de presse. Un suivi s’impose auprès de chaque journaliste. Parfois, il faut deux ou trois interventions avant d’intéresser finalement un journaliste à son communiqué de presse. Il ne faut jamais oublier que les membres de la presse reçoivent des dizaines voire des centaines de communiqués de presse à chaque jour. «Informer, c’est choisir» dit-on.

Le rôle de l’Union des Écrivaines et des Écrivains Québécois (UNEQ)

logo_uneqDans le cas de ce suivi auprès de la journaliste de Radio-Canada, lors de mon deuxième ou troisième appel téléphonique à son bureau, elle m’a dit qu’elle attendait de connaître la réaction de l’Union des Écrivaines et des Écrivains Québécois (UNEQ) avant de se lancer dans la réalisation d’un reportage au sujet de notre projet d’édition en ligne.

Après quelques jours sans nouvelle, le téléphone sonne et je réponds par un beau «Bonjour». Mon interlocuteur me répond gentiment et s’identifie : «Bonjour, je suis Me François Coderre, l’avocat de l’UNEQ. Vous allez bien?» J’ai répondu avec un certaine répartie, chose très rare chez-moi (je suis meilleur à l’écrit qu’à oral) :«Ça va bien si ce n’est pas pour une poursuite.» Il m’a rassuré; aucune poursuite en vue.

Il m’appelait dans la foulée de la demande de journaliste de Radio-Canada adressée à l’UNEQ au sujet de notre projet d’édition d’édition en ligne.

De «ristourne» à «redevance»

Il m’a recommandé de changer de mot «ristourne» pour «redevance» dans le cas du pourcentage du prix de vente versé à l’auteur. «Cela sera fait d’ici quelques minutes» ai-je répondu. Le mot «redevance» est le terme correct à utiliser légalement, je ne le savais pas à l’époque. On parle de «redevance», entre autres, parce que c’est là le terme employé par le ministère du Revenu du Québec; les redevances versées à l’auteur ne sont pas imposables au Québec. Le terme «ristourne» s’emploie pour la part du prix de vente versé aux libraires.

De «nouveaux auteurs» à «Tous les auteurs»

Me Coderre avait une deuxième demande à formuler : «Pourquoi votre projet s’adresse uniquement aux nouveaux auteurs? Nos membres, eux-aussi, éprouvent des difficultés à trouver un éditeur.»

Au départ, le projet d’édition en ligne visait uniquement les nouveaux auteurs, c’est-à-dire les auteurs n’ayant pas encore été publié par un éditeur. Me Coderre m’apprenait que les membres de l’UNEQ rencontraient également des difficultés à trouver un éditeur même s’ils ont déjà un ou plusieurs livres déjà publiés. Personnellement, je croyais qu’après une première édition, les auteurs n’avaient plus de problèmes à attirer l’attention d’un éditeur. J’étais dans l’erreur.

Ma réponse à Me Coderre fut simple : «Je vais ouvrir le projet à tous les auteurs, y compris aux membres de l’UNEQ et cela sera chose faire sur notre site Internet d’ici 20 minutes».

* * *

On ne sait jamais où un simple communiqué de presse peut nous amener. Dans le cas présent, ce fut une réorientation majeure de notre projet d’édition en ligne.

Au fil des ans, nous avons édité plusieurs membres de l’UNEQ.

Télécharger notre Revue de presse (PDF)

Serge-André Guay, président éditeur
Fondation littéraire Fleur de Lys

serge-andre-guay@manuscritdepot.com

 

Advertisements

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , ,
Publié dans Souvenir de presse
One comment on “La toute première couverture de presse en juin 2003 à l’antenne de la radio de Radio-Canada

Les commentaires sont fermés.

Bienvenue

Dix ans, ça se fête ! 2003-2013

%d blogueurs aiment ce contenu :